combo 95    présente:

95 sounds

Mot de passe perdu ?

Créer votre compte

News

[Interview] Miu Queiroz : "Je cherche toujours toujours à avoir un côté Brésil"

A peine 1 an que la douce Miu Queiroz s’est lancée sur la scène pour développer son projet musical et pourtant elle a déjà fait pas moins de 40 représentations. Née dans une famille de musiciens, on peut dire que la musique coule dans ses veines.  Nous avons profité de son passage en résidence au théâtre du Cormier pour lui poser quelques questions sur son univers. 

[Interview] Miu Queiroz : "Je cherche toujours toujours à avoir un côté Brésil"

Combo95 : Entre 2010, date de ta première représentation et 2015 tu partages la scène avec ton papa qui est guitariste. Comment a germé l’idée de monter ton propre projet musical ?

Mui : Cela faisait longtemps que je faisais de la musique et que je composais pour moi. Le fait de l’accompagner, car c’était vraiment sa musique et lui qui étaient mis en avant, ne m’a pas forcément donné envie de monter sur scène avec mes propres compositions. Mais j’ai compris que j’aimais vraiment faire de la scène, même à côté, dans l’ombre. Etre sur le devant de la scène n’était pas mon objectif principal, je voulais juste être sur scène et chanter, l’accompagner.

Combo95 : L’année 2017 marque pour toi la sortie de ton premier album auto produit, as-tu une date ? Peux-tu nous le présenter ?

Miu : Oui ! Vous êtes les premiers à qui je le dis, car je ne l’ai pas annoncé encore. L’album sortira le 13 avril. Je suis vraiment contente et impatiente ! Et aussi un peu stressée car c’est un grand moment. J’espère sincèrement qu’il plaira. Aujourd’hui, on me découvre essentiellement sur scène et l’album c’est vraiment autre chose. C’est un travail qui a été effectué avant que je ne fasse de la scène. Les compositions regroupent beaucoup d’instruments : violon, saxophone, percussions, batterie, que je n’ai pas du tout sur scène. Je me produis majoritairement en duo (voix-guitare). Du coup, c’est un projet autre que la scène, j’espère que les gens vont apprécier.

Combo95 : Peut-on s’attendre à trouver dans ce premier album des chansons en français ou en brésilien ? Ou est-ce un projet envisageable pour de prochains titres ?

Miu : En français non. C’est encore un peu compliqué pour moi de chanter en français. Avant, je composais en français, mais impossible de les chanter. Il faudrait que je les donne à d’autres personnes (rires).  Je ne sais pas si c’est par pudeur mais j’ai du mal avec la langue française, pour m’exprimer. L’album est donc essentiellement en anglais car c’est comme ça que ça me vient. En tout cas, les titres qui me touchent et me plaisent viennent en anglais. Il y a un titre en portugais qui n’est pas de moi. C’est le seul titre de l’album que je n’ai pas composé mais qui est de mon père qui m’accompagne.

Combo95 : Née de parents brésiliens, ta musique fait doucement écho à tes racines. Quels sont les artistes qui t’inspirent actuellement? Es-tu davantage influencée par la musique brésilienne ou française ?  

Mui : Je ne suis pas forcément plus influencée par la musique brésilienne que la musique française. Tout m’inspire. Vraiment ! Il suffit d’une mélodie, d’un style de musique ou d’un détail qui va me marquer : « J’adore vraiment ce passage ! ». Inconsciemment - bien sûr je ne le reproduis pas, je ne cherche pas à faire de la copie mais je m’en imprègne – il en découle alors un morceau ou une partie qui peut venir de ce que j’ai aimé, que se soit de la musique française ou brésilienne. Ce qui est important pour moi, c’est d’apporter un petit détail qui me rappelle mon pays dans chacune de mes chansons. Cela peut être une histoire, une percussion, une mélodie ou même un bout de texte en portugais. Je cherche toujours toujours à avoir un côté "Brésil" sans en faire plus que ce qui me vient naturellement. Sur le prochain album que je suis déjà en train de préparer, il y a plus de textes en portugais.

Combo95 : Tu es Paloise et tu as déjà une petite notoriété dans le Sud-Ouest. N’est-il pas trop compliqué d’alterner entre Pau et Paris où tu n’es pas encore identifiée ?

Mui : Ce n’est pas compliqué. J’arrive à me dire que ce sont deux projets différents. Dans le sud, les choses ne sont pas plus simples car il y a moins d’occasions ou d’espaces pour faire de la musique. Les gens ont moins l’habitude d’aller voir des concerts. Ceci dit, je suis vraiment soutenue par la ville. On m’offre de très belles opportunités, de belles premières parties, des scènes locales comme la fête de la musique ou les fêtes de Noël.  J’ai grandi là-bas, du coup je connais plus de monde qu’en région parisienne. En Ile-de-France, je développe une carrière auprès de personnes qui ne me connaissent pas du tout. Je suis toujours surprise de voir des gens que je ne connais absolument pas venir au concert. Alors qu’à Pau, il y a toujours une ou deux personnes que je connais. On a plus de visibilité à Pau mais plus de possibilités en région parisienne. Si je compte les dates que j’ai fait, il y en a plus en Ile de France. Mais j’ai fait de plus grosses dates à Pau.

Combo95 : Aurais-tu des dates de concerts prévus prochainement ?

Miu : Oui ! Je redescends à Pau le 17 mars pour la première partie de Flavia Coelho. Je reviens le 1er avril pour le Printemps des Roulottes à Cergy et le 21 avril à Jouy-Le-Moutier. La sortie de l’album se fera à Pau au Showcase qui est une salle de la ville. On fera également un showcase à Varennes-sur-Seine, à l’espace culturel qui me soutient, car j’y avais remporté un tremplin l’année dernière. Donc il y a pas mal de dates qui arrivent.

Combo95 : Depuis hier, tu es en résidence au Théâtre du Cormier, comment cela se passe-t-il ?

Miu : Super bien ! C’est la première fois que je suis en résidence donc je suis vraiment contente. On a été super bien accueilli, les conditions de travail sont très bonnes. En ce qui concerne le travail uniquement, notre set est prêt car cela fait un moment maintenant que je tourne avec. On a rajouté deux compositions donc j’en profite pour les tester. J’aimerais beaucoup rajouter des samples, ce qui est un travail un peu long. Donc j’ai envie de le travailler et de profiter de ces supers conditions pour faire des essais avant de le présenter au public. 

 

Propos recueillis par Maëlyss

27/02/2017

Partager :