combo 95    présente:

95 sounds

Mot de passe perdu ?

Créer votre compte

News

[Interview] Moshi-Moshi : "On développe notre univers également à travers le visuel"

Quatre ans après la formation de leur groupe, Moshi-Moshi fait aujourd’hui partie du dispositif d’accompagnement Starter 2017. Le trio valdoisien était en résidence à la Cave d’Argenteuil. Nous les avons rejoints le temps d’une interview.

[Interview] Moshi-Moshi : "On développe notre univers également à travers le visuel"

Combo95 : Félicitations pour votre participation à Starter 2017 ! Avant toute chose, si vous nous présentiez un petit peu Moshi-Moshi ? Pourquoi ce nom japonais qui signifie « Allo » ?

Elise : Oui, Moshi-Moshi signifie « Allo » et littéralement « je me permets de parler ». On aimait bien cette idée de partir d’un mot assez simple, que les gens retiennent facilement et qui a cette signification  universelle du « Allo ». C’est Fred qui a proposé ce nom, et on est tous les trois tombés tout de suite d’accord. Même si nous n’avons pas d’affinités particulières avec la musique japonaise.

Combo95 : Que pensez-vous que Starter puisse vous apporter ?

Elise : Du conseil, surtout  sur le développement du projet. Un accompagnement et la mise en relation avec différents interlocuteurs. Un projet musical recouvre plusieurs domaines, pas uniquement de la musique, je pense par exemple à la communication qui est très importante pour les projets émergeants. Avec Starter, on a accès à des résidences et des intervenants pour travailler sur nos points faibles.

Vincent : Un avis extérieur professionnel aussi. Le public n’est pas toujours forcément objectif alors que, là, nous sommes face à des personnes qui nous parlent de façon très cash et qui mettent le doigt sur les points qui peuvent être améliorés sur le projet.

Combo95 : La sortie de votre premier EP est prévue pour le printemps 2017, vous pouvez nous en dire un peu plus ? 

Elise : Alors oui... Disons, courant 2017 ! Le printemps c’est top, mais quand est la date officielle du printemps déjà ?

Vincent : Je crois que c’est en octobre

Elise : Le printemps de Moshi-Moshi c’est octobre (rires). Nous sommes sûrs qu’il sortira en 2017, en revanche on n’est pas encore sûr de la période. C’est un EP qui ne fait que 5 titres, mais c’est très prenant. On a décidé  de travailler 5 nouveaux titres. Il y a donc le temps de la composition, de la décomposition et de la recomposition des morceaux. On a vraiment pris le temps. On termine actuellement la pré production des 5 morceaux. En ce qui concerne le titre de l’EP, on en a très peu parlé pour le moment, mais on pencherait plus pour un titre en anglais : 30 seconds by the sea.

Combo95 : Justement, l’ère actuelle est à la musique en anglais, vous êtes un des rares groupes qui chante majoritairement en français. Y-a-t-il une raison particulière à cela ?

Fred : Oui. La réponse est justement dans ta question. Majoritairement, les groupes chantent en anglais et c’est pas mal de se démarquer de ça. Après, il y a surtout le fait que nous avons beaucoup d’affinités avec des artistes tels que Bashung. Cette tradition de chanson française nous tient à cœur. Ce n’est pas toujours une chanson réaliste, qui peut travailler sur le cut-up ou des associations d’images, le travail de la langue.

Elise : On tend de plus en plus vers le français. Il est de plus en plus majoritaire, on essaie de le développer. 

Combo95 : Vous avez sorti 2 clips. Ils sont réalisés par vos soins, est-ce un parti pris ?

Elise : Oui. On développe notre univers également à travers le visuel. Pour l’un des clips, on a travaillé sur des images d’archives et des extraits de films que l’on a montés. On peut voir qu’il s’agit de « fait maison » mais cela reste fidèle à ce que nous avions envie de transmettre. Le second clip est assez « selfie ». On va continuer dans cette direction, même si on pourrait faire appel à une personne extérieure qui le réaliserait pour nous. Mais il faudrait que l’on soit sûr que cela reste vraiment raccord avec notre univers.

Combo95 : Il y a un peu moins d’un mois, vous présentiez un nouveau set sur la scène du Théâtre de Jouy-le-Moutier. Sur quoi avez-vous mis l’accent cette fois-ci ? Diffère-t-il du premier ou est-il dans la continuité ?

Elise : On a intégré les nouveaux morceaux de l’EP. On en a aussi profité pour revoir les anciens morceaux et avoir un set homogène. C’était important, car c’était notre première date après quelques mois sans concert, car on composait. Au Théâtre de Jouy, on a vraiment pu être aidé par l’équipe qui a travaillé sur une scénographie intéressante avec des projections de vidéos, des vieilles télés. C’était la première fois que l’on faisait une date avec un univers scénographique. C’est sympa de présenter les nouveaux morceaux dans ce contexte-là.

Combo95 : C’est votre dernier jour de résidence à la Cave d’Argenteuil. Comment cela se passe ? Sur quoi travaillez-vous essentiellement ?

Vincent : C’est une pré-résidence. On travaille plutôt sur l’aspect musical, sur ce qui nous concerne pleinement, sans intervenant. On profite de ce temps-là pour affiner le set et travailler plus en profondeur dans de bonnes conditions. On est très content d’être là car les conditions sont optimales. La résidence avec intervenant aura lieu plus tard.

Elise : Et elle sera consacrée au travail de scène. 

Propos recueillis par Maëlyss

20/03/2017

Partager :